Les structures de gouvernance de l'INDH, un modèle de bonnes pratiques qui a favorisé la réussite de ses programmes


Rabat, Agence Marocaine de Presse - 08-12-2017

Les structures de gouvernance de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), lancée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en 2005, constituent un modèle de bonnes pratiques qui a joué un rôle essentiel dans la réussite de ses programmes et l’accomplissement de ses objectifs, souligne un rapport d’évaluation du programme d’appui de l’Union européenne (UE) à la 2ème phase de cette initiative, présenté vendredi à Rabat.

L’évaluation de ce programme d’appui, dont les grandes lignes ont été déclinées lors d’une cérémonie présidée par le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb, met l’accent sur la triple pertinence de l’INDH en ce qui concerne les objectifs qui sont parfaitement adaptés aux besoins et priorités nationales, les critères de sélection des projets à fort impact et le ciblage au niveau de tout le territoire national.

La forte efficacité de ce programme Royal est attestée par la réalisation de 44.477 projets, 12.777 actions, 8.800 activités génératrices de revenu (AGR) ayant bénéficié à plus de 10 millions de bénéficiaires avec un budget avoisinant les 40 milliards de dirhams, relève le document, élaboré par un cabinet international mandaté par la délégation de l’UE au Maroc, assurant que cette initiative a permis de renforcer les capacités des organes de gouvernance, des associations et des coopératives.

L’humanisation et l’amélioration des services de santé, la réhabilitation et la rénovation des centres de santé, la promotion efficace de la scolarisation des filles et garçons et l’amélioration de la qualité et des résultats scolaires sont, entre autres, les principaux objectifs atteints par l’INDH en termes d’efficacité, selon le rapport qui met en avant l’adoption de pratiques productives innovantes, plus performantes et plus rentables, notamment dans les domaines agricole, d’approvisionnement en eau potable et de désenclavement.

Selon les conclusions de cette évaluation menée dans les provinces de Meknès, Béni Mellal et Al Haouz, l’INDH accorde également un intérêt tout particulier à l’implication des jeunes et des femmes dans ce vaste programme social, précisant que 1/3 des formations initiées par l’INDH a fait bénéficier des femmes, ce qui a impacté positivement leur participation dans les organes de gouvernance (de 7% en 2007 à 21% en 2014).

Quant aux jeunes, l'initiative appuyé seulement au titre de l’exercice 2015 pas moins de 581 projets et actions socioculturelles et sportives ciblant 188.870 bénéficiaires, rapporte le document, ajoutant que l’efficience de l’INDH a permis également de créer des synergies entre les différents intervenants et partenaires, mais aussi de renforcer les capacités de gouvernance des communes et du tissu associatif dans le cadre d’une chaîne de valeurs "avec plus de rigueur, de cohérence, de légitimité et de pérennité".

En se basant sur 5 critères se rapportant à la pertinence, à l’efficacité, à l’efficience, à l’impact, et à la pérennité, le document fait ressortir le bien-être, l’enthousiasme, la forte satisfaction, la dignité, la fierté et le soulagement fortement perceptible chez les populations bénéficiaires de ce programme.

Il met l’accent sur les impacts positifs de l'INDH, notamment l'accès au marché et commercialisation de produits, l'ouverture de routes et pistes qui a permis une amélioration du niveau de vie des agriculteurs, l’adduction d’eau portable qui a contribué à l'amélioration des conditions sanitaires et à la baisse de l’abandon scolaire, la participation de la femme qui lui a permis l'autonomisation, la confiance et la responsabilité ainsi que la promotion de la situation des jeunes à travers le cadrage social et les pratiques sportives.

En ce qui concerne le volet de la pérennité, le rapport d’évaluation met en avant la planification ascendante et participative adaptée aux besoins et caractéristiques des bénéficiaires et l’opérationnalisation des partenaires, ce qui a contribué à asseoir un esprit de dialogue constructif, une répartition claire des rôles et des relations pérennes entre autorités publiques, associations et population rurale.

Le rapport d'évaluation recommande l’appui à la formation professionnelle par apprentissage au niveau local, la sensibilisation aux valeurs et principes de l’INDH, la facilitation de la collecte de données et la mise en place de planification stratégique des activités génératrices de revenu et d’une stratégie Marketing des AGR. La cérémonie de présentation de ce rapport a été marquée par la présence notamment du chef de coopération à la délégation de l'UE au Maroc, Philip Mikos, de partenaires nationaux, de bailleurs de fonds internationaux, ainsi que de représentants de plusieurs associations bénéficiant de ce programme.